super welter

  • Raphaël - Super Welter

    Je me souviens de mes premières notes à écouter Raphaël. C'était sur Poste Restante. En 2 minutes, le nouveau venu a réussi à dresser les quelques poils qu'il me reste sur la tête. Une baffe, et on en veut encore... Cela valait bien une fin du monde.

    Le temps passe et Raphaël aime les surprises. Il se met à la boxe et sort Super Welter. A la première écoute, on se dit que si le nouveau super plume aime donner des coups, il aime aussi en prendre...

    Manager est accepté par la bande des FMistes. Et malgré la carrure acquise depuis caravane, le belâtre nous apprend qu'il se retranche derrière son Manager quand les premiers coups commencent à pleuvoir: "fait gaffe j'ai pas peur, je t'envoie mon manager".

     

     

     

    La meilleure défense étant l'attaque, il cogne sur Déjà-vu?


    podcast

    Le caravaniste n'a pas perdu de sa verve douce et rêveuse mais sur Voyageur immobile (...à quoi je sers, à qui je suis utile?) une question, un doute apparaît. Utiliserait-il le beat et les accords bontempi (souvenez-vous de votre premier synthé ou posez la question à vos parents) comme de son manager, pour se cacher et ne plus oser dévoiler les beautés crues de ses textes?   

     

     

    Vieux réflexes, c'est dans les cordes que le boxeur se joue le mieux des mots. Et Peut-être se pose-t-il trop de questions...? Étrange et bizarre l'ambiance qu'il réussit à mettre sur ce morceau et dommage qu'il décide de ne pas combattre en concert sur le ring.  

     

     

    Il faut attendre le dernier extrait pour comprendre l'essentiel de l'album. Cet album est un abandon à la jouissance et au suicide musical. Je me suicidais souvent... quand je t'aimais vraiment. Ou alors Super Welter serait-il le Sgt Pepper du beau Raphaël. N'y aurait-il pas aussi du Play Blessures Bashungrien? Souvenez-vous de Scènes de manager!


    podcast

    Le parisien avait déjà une tendance au suicide amoureux. Voici qu'il a la carrure pour nous en foutre une. Belle droite Raphaël! Et bien vite la gauche! Il nous aime et on l'aime comme cela, artiste épanoui et libéré.

     

    A+

    Thôt