• My bloody Valentine

    Kevin Shields et Colm Ó Cíosóig se rencontrent à Dublin durant la fin des années 1970, ils deviennent amis et forment The Complex, un groupe de punk-rock.

    Après la dissolution de celui-ci, ils décident, en 1983, de former un nouveau groupe. Ils recrutent alors Dave Conway au chant ainsi que Tina (sa petite amie) au clavier. Dave suggéra quelques noms de groupe comme Burning Peacocks mais le groupe s'appellera finalement My Bloody Valentine, nom inspiré du film canadien du même nom.

    Le groupe déménage ensuite aux Pays-Bas après qu'un de leur proche, Gavin Friday (du groupe The Virgin Prunes) leur a donné des contacts pour y faire des concerts. Ils y restèrent trois mois avant de partir pour Berlin où ils enregistrèrent le mini-album This is your Bloody Valentine pour le label Tycoon. Le succès n'est malheureusement pas au rendez-vous si bien que le groupe décide de quitter Berlin. Ils finissent par s'installer à Londres au milieu de l'année 1985.

     

    Arrivé à Londres, Tina décide de quitter le groupe. Elle sera remplacée par Debbie Googe, une de ses amies bassistes. Cette nouvelle formation enregistre l'EP Geek (qui sortira en décembre 1985) et commence à faire quelques concerts dans les salles londoniennes. Cependant l'opus n'aura pas le succès escompté.

    Le groupe se retrouve donc au point mort (Kevin Shields songe même à rejoindre une partie de sa famille à New York) quand Joe Foster leur propose d'enregistrer un EP pour son label Kaleidoscope Records. Cette collaboration aboutira à The New Record by My Bloody Valentine qui sort au début de l'année 1986 et permet au groupe de faire plus de concerts.

     

     

    My Bloody Valentine, par son style à la fois extrême et mélodique, sera véritablement précurseur d'un nouveau genre que la presse musicale britannique appellera le shoegazing ou shoegaze. Ce terme fut inventé en référence à leur posture scénique, presque immobiles, la tête penchée en avant, concentrés sur leurs instruments et leurs pédales d'effets, comme s'ils regardaient leurs chaussures.

     

    Héritière du rock expérimental de Sonic Youth, des mélodies plus bruitistes du groupe The Jesus and Mary Chain ainsi que de la pop des Cocteau Twins, la musique de My Bloody Valentine est singulière en son genre. Le son est volontairement extrêmement bruitiste, le chant est sous-mixé, les chœurs sont parfois samplés et remanipulés, tels des instruments. Les guitares sont saturées et occupent la majeure partie de l'espace sonore, tandis que la section rythmique alterne les moments de grande puissance et de retenue. Une musique qui surprendra l’auditeur non-averti et qui pourtant propose des mélodies d'une grande qualité, qui se faufilent habilement au travers du mur de son bâti par les guitares et la batterie.

    Lors des tournées ayant suivi les deux derniers albums, le groupe, qui jouait à un niveau sonore particulièrement élevé, se lançait à chaque fois dans un torrent ininterrompu de guitares saturées pendant un quart d'heure, sur une seule note, au beau milieu de leur chanson You Made Me Realize.

     

    My Bloody Valentine influencera plusieurs autres groupes de rock, comme par exemple les Smashing Pumpkins, Ride, Slowdive ou les Boo Radleys.

     

    A+

    Thôt